jotaay
Situation politique nationale: la contribution de la section APR de Kaolack derrière Madame Aminata TALL

21/10/2019

La section APR de Kaolack derrière Madame Aminata TALL, comme elle a eu à le suggérer à la une du journal « Evidence » parue le vendredi 13 septembre 2019 N°894. Le compagnonnage entre le secrétaire général de l'APR Monsieur Macky SALL et Madame Aminata TALL, relève de la volonté Divine car tous les deux ont subi des injustices au PDS et dans l’Etat. Dieu les a récompensés le 25 Mars 2012, en consacrant MackySall Président de la République du Sénégal et Madame Aminata TALL, secrétaire générale de la présidence de la république poste qu’elle occupait dans l’ancien régime. Parce que c’est une Dame qui a toujours cru en son étoile, préférant par la même, l’honneur aux déshonneurs.

A ce titre, la section de Kaolack demande à certains sénégalais qui accusent le Président de la république de vouloir briguer un 3ème mandat, de se taire et de le laisser travailler, il vient de faire juste sept (07) mois sur cinq (05) ans ou soixante (60) mois pour son 2ème mandat.  Sachez que nous sommes dans le temps de l’action et non celui des ressentiments, des rancœurs, des invectives et des insanités, l’heure est à la synergie de toutes les ressources pour finaliser le PSE 2 sentiments patriotiques.
Rappelons : le séminaire que le gouvernement a organisé à la date des 04 et 06 Aout 2019 à l’hôtel de Saly Mbour, sur le thème de la rationalisation des dépenses publiques. Une démarche en parfaite harmonie avec la mission dirigée par Madame Corinne Déléchat, en date des 23 et 24 septembre 2019, parue sur beaucoup de journaux et médias du pays, suite à l’accord de principe conclu entre le F.M.I et le Sénégal où cette dernière apprécie positivement la politique de réduction du train de vie de l’Etat, engagée par le Président Macky SALL, de booster l’investissement privé pour faire un bond de croissance de 6% en 2019 à 6,8% en l’horizon 2020 et 7% en 2021. Le gouvernement, la société civile et les ONG de ce pays n’ont pas été les premiers à initier ce programme. Elle défit quiconque de prouver, le contraire ;  
Ce sont plutôt les partisans de Madame Aminata TALL, plus particulièrement la  section de Kaolack qui avait anticipé sur ce sujet. Comme l’attestent les diverses contributions adressées à Monsieur le Président de République, Macky SALL, le 19 Octobre 2012 (voir le net léral.Com) depuis le 21/11/2012 et réitérées le 25 Mars 2013, de 16 pages et 77 paragraphes,  réparties en quatre (04) volets (social, économique, juridique et politique), en sus de son programme de « Yonu Yokuté », et pour lui servir de tableau de bord lors des six (06) années de son premier mandat. Ces contributions ont été déposées et déchargées le 10 Juillet 2013 au bureau du courrier de la Présidence de la République.
Certaines autorités étatiques nous ont sollicité pour leur communiquer ces contributions pour en faire une sorte de bréviaire ce que nous avons déjà fait.
Dans cette optique, nous sommes assurés que le gouvernement nous a suivis, parce qu’il est en train d’appliquer certaines de nos recommandations.
Voici quelques extraits qu’on peut citer, il s’agit :
  1. De diminuer, le nombre de Ministres, de Secrétaires élus, de Vice-présidents, de Conseillers,de diminuer les voyages à l’étranger, les postes d’Ambassadeurs, de réduire le train de vie de l’Etat, les Agences, les Directions logées à la primature.
  2. De Regrouper les élections (présidentielle, législative, sénatoriale et municipale).
  3. De ne pas réduire le mandat du Président de la République à cinq (05) anset de le maintenir à (07) ans comme l’indique fondamentalement la loi, si l’on considère que soixante (60) mois s’avèrent insuffisants pour la réalisation des ambitions du Président pour le Sénégal.
  4. De ne pas quitter la tête du parti APR comme certains le suggèrent.
  5. De ne pas renouveler les instances du parti APR jusqu’après les élections présidentielles de 2019.
  6. De rétablir le SENAT sur une autre forme calquée sur le modèle des Etats-Unis ou de la France pour la consolidation de notre démocratie et la vitalité des institutions républicaines.
  7. De choisir le Président du SENAT et celui du conseil économique et social dans les rangs de son parti ou de la coalition de Macky 2012.
  8. De rendre plus efficace le fonctionnement de l’Assemblée Nationale, le Sénat et le Conseil économique et social en organisant 04 sessions dans l’année et d’augmenter le temps d’intervention de leurs membres.
  9. De demander au Président de la république de mettre « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » sur tous les postes nominatifs.
  10. De mettre fin au cumul de mandats politique et administratif,
  11. De ne pas faire des promesses aux sénégalais quelles que soient les difficultés que traverse le pays, de leur faire participer à la gestion du pays quitte à les prendre au dépourvu.
  12. D’inviter le président Macky SALL, à massifier son parti,l’APR, quitte à admettre d’anciens du PDS dans son gouvernement lesquels ont des compétences avérées pour l’apaisement du climat politique tendu dans le pays ;
  13. D’inviter Monsieur le président MackySall et son parti de ne pas répondre aux attaques de l’opposition
  14. D’éviter certaines sorties médiatiques qui sont le lot de certains agents de l’administration, de l’opposition, de la société civile et de son parti par respect au droit d’obligation de réserve.
  15. D’auditer la gestion foncière des collectivités locales,des espaces publics, des domaines nationaux, des titres fonciers qui appartiennent à l’Etat et aux services publics.
  16.  De prendre une nouvelle gestion du conflit Casamançais en évitant que certaines informations sensibles soient sur la place publique.
  17. D’instaurer un système de gestion des comptes sur les appels téléphoniques au niveau de l’Administration.
  18. De renationaliser les entreprises publiques comme la SONACOS-SUNEOR etc… bradées par l’ancien régime.
  19. De délocaliser certains ministères dans les régions d’ici 2019 : Le Ministère de l’Agriculture à Kaolack, Kaffrine, Fatick (Sine Saloum), le Ministère de l’Elevage à Louga, de la Pêche à Thiès, du Tourisme à Ziguinchor, des Mines à Tambacounda de l’Artisanat à Diourbel pour désengorger la Capitale.
  20. D’instaurer des boutiques témoins dans tout le pays par l’Etat, faire revenir laSonadis et la Caisse de Péréquation et Stabilisation des Prix (CPSP), de renforcer le personnel du service Contrôle Economique et ceci dans le but de mieux veiller sur le prix des marchandises fixé par l’Etat en évitant les spéculations des commerçants véreux.
  21. D’agréer des pharmacies au niveau des régions pour le ravitaillement des militaires invalides en médicament, que l’Etat leur n’attribue gratuitement par personne de 0 à 40000f par mois pour éviter leur déplacement à Dakar qui est seul agréé au niveau national
  22. De généraliser l’attribution des bourses des étudiants comme avec l’ancienne formule « par critère d’excellence » 
  23. D’introduire l’enseignement des principes de droits fondamentaux, à partir duCM1 jusqu’en terminale en plusieurs langues pour préparer les citoyens à connaître leurs droitspar une vulgarisation des textes et pour se conformer à la Constitution qui dit que « nul n’est censé ignorer la loi » et alors que la loi est écrite en français.
  24. De permettre aux citoyens ordinaires de pouvoir saisir directement l’Assemblée nationale par l’introduction d’un projet de loi, de ne laisser l’initiative au seul Président de la République ou aux parlementaires.
  25. Revoir certains cas de condamnations d’innocents pour viol parce que certainesjeunes filles ou femmes en font un fonds de commerce car on a constaté que celles-ci agressent les hommes en les rejoignant chez eux ou dans les hôtels ou autres lieux de rendez-vous, l’homme de par sa nature agit instinctivement devant de telles situations.
  1. De lancer la réhabilitation ou la constructionde maisons d’arrêt et de correction vétustes particulièrement celle de Kaolack qui date de 1945.
  2. D’installer des ateliers pour la formation des détenus en vue de leur future réinsertion sociale.
  3. D’installer des cabines téléphoniques dans certaines MAC des régions pour permettre aux détenus de communiquer avec leurs proches sous la surveillance des gardes à l’image de la prison centrale de Dakar.
  4. D’assurer l’autosuffisance alimentaire des détenus en leur aménageant des champs, où ils pourront s’investir et réduire ainsi le coût de leur prise en charge par l’Etat et par la même,faciliter leur réinsertion.
  5. D’organiser des visites inopinées dans les MAC par des inspecteurs hors de la corporation en association avec les détenus pour mieux avoir une idée claire et nette de l’utilisation du budget de fonctionnement destiné aux détenus par le régisseur, idem pour toutes les institutions, directions, agences, appartenant à l’Etat et aux services publics.
  6. De créer150.000 emplois plus particulièrement dans le secteur privé d’ici fin 2016 comme : les ICS, SUNEOR, Novassen, Sonatel, Salins du sine Saloum, Banques, Mutuelle, Senelec, SDE, Hôtels, Maçonneries (BTP)
  7. De fusionner IPRESS, Caisse de Sécurité Sociale, Inspection du travail et de la sécurité sociale, pour rendre les institutions plus accessibles aux usagers.
  8. D’imposer le pointage de tout le personnel de l’Administration à l’heure d’entrée et de descente.
  9. De ne jamais payer les agents de la fonction publique qui étaient ou qui sont en grève les jours de leur salaire échu et à échoir jusqu’à leur reprise de fonction, le législateur en matière sociale stipule : travail = salaire, pas de travail, pas de salaire.
  10. De maintenir obligatoirement certains agents de l’administration après leur formation payée par l’Etat pendant 15ans au moins, dans la fonction Publique pour les empêcher de servir dans le secteur privé.
  11. De veiller strictement sur le rendement des agents de la santé, sur leur manque de patriotisme, certains travaillent seulement de 09h à 13h pour l’Etat alors que d’autres consacrent l’essentiel de leur temps de travail dans leur clinique au détriment des nécessiteux
  12. De veiller sur certains enseignants de la fonction Publique pour défaut de conscience professionnelle qui préfèrent donner des cours dans les instituts ou écoles privées, consommant eaux et l’électricité de l’Etat.
  13. De veiller sur les absences des agents de la fonction publique sans justification, ce qui entraine un manque à gagner pour l’Etat.
  14. De prendre des mesures draconiennes contre les fonctionnaires qui refusent de rejoindre leur poste d’affectation situé dans les zones rurales, préférant seulement Dakar ou les grandes villes.  
  15. De renforcer les moyens logistiques des forces de l’ordre et leur protection dans l’exercice de leur fonction
  16. De rationnaliser la circulation des véhicules de l’Administration en dehors des heures de service et des week-ends.
  17. De mettre fin aux déballages pour tout le monde des secrets de l’instruction dans les instances judiciaires,des enquêtes de toutes natures et des secrets d’Etat
  18. De rendre notre Administration plus disponible, plus fluide et plus efficiente, en faire une Administration républicaine comme celle que nous avons connue au lendemain de l’indépendance.
  19. D’investir davantage dans le milieu social, tout en sachant que les fonctionnaires ne sont pas les seuls sénégalais, ils ne représentent que 120.000 sur plus de 13.000.000 de sénégalais et consomment à eux seuls 1700 milliards sur les 2500 milliards du budget national. De prendre à bras le corps la diminution des denrées de première nécessité et de résoudre définitivement les problèmes d’inondations dans le pays.
Tel que mentionné dans leurs conclusions, la section de Kaolack, est à la disposions du chef de l’Etat, à chaque fois que besoin se fera sentir, pour rencontrer les ministères concernés, il s’agit : les ministères de la justice, des forces armées, de l’intérieur, de la fonction publique et du travail, de la santé, des collectivités locales, de l’agriculture, de l’éducation nationale, de l’énergie, des transports, de la communication, de l’urbanisme et de l’habitat, du commerce et de la bonne gouvernance  pour une explication détaillée sur chaque point établi dans ces modestes contributions.
D’inviter le président de la république à être ferme face aux menaces, machinations, intrigues, complots, chantages, marches, acharnements, pressions par médias interposés des uns et autres quelques soit le rang social ou le statut de leurs auteurs dans le pays ou ailleurs.Pour un Etat fort et digne de ce nom. La loi est au-dessus de tous, nul n’est exempt et que force reste à la loi.  D’user de toute son autorité, son poids en imposant sa rigueur vis-à-vis de tout le monde.
Pour rappel; Mamadou SIDIBE Premier Sénégalais à avoir sollicité une audience au candidat de L'APR Monsieur Macky SALL lors de son meeting du premier tour de l'élection présidentielle tenu le 19 Février 2012 au Terrain DEGGO de Kaolack, lorsque, Monsieur DIENE FARBA SARR avait donné la parole à ce dernier pour intervenir au nom de la coalition régionale "Macky 2012" devant Mesdames Mariama SARR, Awa GUEYE,  Zahra  Hyane THIAM, Aminata TOURE dite MIMI et autres responsables politiques, il a déclaré qu'il avait la certitude que son candidat ,Macky SALL , sera élu comme président de la république du Sénégal et qu'il demandait à cet instant une audience dans l'agenda futur de ce dernier, ce qu’a confirmé  Monsieur Macky SALL, au salon de Madame Aminata TALL, à la fin du meeting de Diourbel organisé le 20 Février 2019, après avoir reçu la délégation de Monsieur Moustapha Cissé LO de 01h jusqu’à 04h00 du matin. J’attends toujours d’être reçu.                                                                                                
 
Kaolack, le 15 Octobre 2019.
 
 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :